Aide financière pandémie


Un texte diffusé le 1er juin sur les réseaux sociaux et signé par quelques organisations et syndicats, vise à faire penser que l’IRCEC, et plus précisément son président, n’est pas conscient des difficultés traversées par ses adhérents. Je saisis cette occasion pour rappeler que je suis moi-même auteur, comme le sont également l’ensemble des administrateurs du conseil d’administration des trois régimes gérés par l’IRCEC, et que nous n’avons pas attendu d’être pris à partie par un tweet deux mois et demi après le début du confinement pour agir (lire notre article sur l’aide sociale, signé des trois présidents ici, et celui sur la continuité de service ici).

Les représentants des organisations signataires de ce texte qui circule sur les réseaux sociaux, qui comptent pour certaines des représentants au conseil d’administration de l’IRCEC, du RAAP et du RACD, ne sont pas sans savoir qu’un projet d’aide Covid-19 a déjà été voté en Conseil d’administration (CA) parallèlement à l’action sociale existante. Un projet d’ailleurs voté à l’unanimité. Il n’attend plus que la validation de notre tutelle pour être mis en œuvre, c’est un délai administratif incompressible, comme évoqué au cours du CA aboutissant à son vote.

Cette décision a été prise en responsabilité afin d’assurer la pérennité de nos régimes de retraite et de garantir ainsi le versement des pensions futures comme nous nous y sommes engagés auprès de nos cotisants, mission première des réserves constituées par nos prédécesseurs.  

Cette aide Covid-19, dont nous vous présenterons les modalités en détail dès que nous y aurons été autorisés, interviendra pour nos adhérents en complément des autres fonds de soutien, aides et soutiens exceptionnels.

Nos professions souffrent d’une manière inédite dans l’histoire de la création. Néanmoins soyons conscients que les cotisations vieillesse de nos 60.262 artistes-auteurs n’alimentent pas de régime invalidité décès, comme celui où seront puisées les aides annoncées par la Cipav, et l’effectif de nos populations n’est pas celui du régime des commerçants et indépendants (+ de 2 M de cotisants), deux organismes qui se trouvent cités dans le texte.

En espérant que cette information rassurera les signataires de la lettre ouverte, je vous adresse mes salutations confraternelles.

Luc Béraud

Président de l’IRCEC